Les patronymes algériens liés aux termes chromatiques

Autores

DOI:

https://doi.org/10.48075/odal.v3i5.26755

Palavras-chave:

Termes chromatiques, analyse morpho-sémantique, dérivation patronymique, mode de dénomination, déstructuration onomastique.

Resumo


Le présent travail est le résultat d’une réflexion qui a suivi plusieurs recherches antérieures sur les patronymes algériens. Notre objet ici est de démontrer la déstructuration anthroponymique via des dérivations patronymiques et des créations onomastiques nouvelles à la population algérienne en particulier et maghrébine en général. En effet, lors de l’enquête menée sur 72 patronymes liés aux nuances de couleurs et aux couleurs, il s’est avéré que le système de dénomination colonial instauré par le code de l’indignation[1]calque un modèle onomastique millénaire sur un modèle français se composant de surnoms et de noms communs à qui il fallait adjoindre des suffixes diminutifs, augmentatifs ou péjoratifs.

Au travers une analyse morpho-sémantique, nous verrons que l’algérien devient un objet de propriété en attribuant un code couleur propre aux objets qui ne respecte ni son histoire, ni sa culture, ni ses traditions.  Afin de mettre  en contexte notre corpus, nous allons d’abord évoquer l’histoire des arabes avec les couleurs, ensuite nous détaillerons les modes de dénominations des patronymes chez les français et auprès des arabes et enfin, nous ferons la double analyse des 72 patronymes du corpus.

 

 


[1] Par référence au code de l’indigénat.

Biografia do Autor

Soufiane Bengoua, université Abd Elhamid Ibn Badis, Mostaganem-ALGERIE.

mostaganem

Referências

Beauvillé, G. de (1953) « Les noms de famille de France tirés des noms de métiers, de charges et de dignités », Revue Internationale d'Onomastique, 5e année,n°1, pp. 45-59.

Bengoua, S.& Malek, A.(2001) Les patronymes mostaganémois de 1900 à 1903 : Analyse lexico-sémantique (Mémoire de licence soutenu publiquement en 2001 sous la direction deM. Farid Benramdane à l’Université de Mostaganem).

Bengoua, S. (2018) « Étude d’un échantillon patronymique algérien : Exemple d’un calque identitaire à Mostaganem », communication présentée lors du colloque national organisé par le haut conseil de la langue arabe sur la réalité onomastique en Algérie, 04 et 05/11/2018.

Bengoua, S.(2019) « L’usage du prénom féminin dans la chanson Rai algérienne : entre pré-nomination et sur-nomination », communication présentée lors du Colloque international de Saint-Etienne les 24, 25 et 26 novembre 2019.

Benoist, J.-M. (1983) « Facettes de l’identité », L’identité. Claude Lévi-Strauss (dir.), Paris : PUF.

Bertillon, J. (1873) « Dénombrement de l'Algérie depuis 1856.Algérie et Victoria comparées », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, II° Série. Tome 8, 597-603.

Bromberger, Ch. (1982) « Pour une analyse anthropologique des noms de personnes », Langages n°66, le nom propre, 103-124.

Durand, R. (1996) « Surnoms et structures de la famille »,L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux. Actes du colloque international organisé par l'École française de Rome avec le concours du GDR 955 du C.N.R.S. « Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne » (Rome, 6-8 octobre 1994) Rome : École Française de Rome, 413-420. (Publications de l'École française de Rome).

Grégoire, A. (1939) EDMOND – PUXI – MICHEL, les prénoms et les surnoms de trois enfants. Paris :Librairie DROZ.

Hamès, C. (1987) « La filiation généalogique (nasab) dans la société d’Ibn Khaldun »L’homme,No. 102, XXVII(2), 99-118.

Marabia, A. (1964) « Recherches sur quelques noms de couleur en arabe classique »Studia Islamica n°21, 61-99.

Martin, M. (2006) Le pseudonyme sur Internet : une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée. Paris : Ed. L’Harmattan, coll. Langue et parole.

Messaoudi, A. (2013) « Alain Messaoudi, « Renseigner, enseigner. Les interprètes militaires et la constitution d’un premier corpus savant « algérien » (1830-1870) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 41 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 23 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/rh19/4049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.4049

Miyamatsu, H. (2002) « Surnoms et sobriquets dans l'Ouest de la France médiévale. Une contribution à reconstruire l'image de la bourgeoisie »,Nouvelle revue d'onomastique, n°39-40, 105-124.

Molénat, J.-P. (1996) « L'onomastique tolédane entre le XIIe et le XVe siècle. Du système onomastique arabe à la pratique espagnole moderne » in L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux. Actes du colloque international organisé par l'École française de Rome avec le concours du GDR 955 du C.N.R.S. « Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne » (Rome, 6-8 octobre 1994) Rome : École Française de Rome, 167- 178.https://www.persee.fr/doc/efr_0223-5099_1996_act_226_1_5083 (consulté le 26/04/2020).

Mollard-Desfour, A. (2008) « Les mots de couleur : des passages entre langues et cultures »,Synergies Italie n°4, 23-32.

Silvestre de Sacy, M.leBon (1829) Al-tuhfah al-aniyyah fi’ilm al-arabiyyah Grammaire arabe, Tome1. Paris : L’imprimerie Royale.

Sublet, J. (1991) Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe. Paris : PUF.

Zonabend, F. (1983) « Pourquoi nommer ? »in Claude Lévi-Strauss (dir.) L’identité. Paris : PUF.

Publicado

15-12-2021

Como Citar

BENGOUA, S. Les patronymes algériens liés aux termes chromatiques. Onomástica desde América Latina, [S. l.], v. 3, n. 5, 2021. DOI: 10.48075/odal.v3i5.26755. Disponível em: https://saber.unioeste.br/index.php/onomastica/article/view/26755. Acesso em: 28 jun. 2022.